->emp - chrono
courrier site emp

Mars 2005 (page 3/3)

Sommaire du mois de Mars : Clic !

 
25 Mars 2005
"angkor42" a écrit :
 

Consultant votre site fort instructif régulièrement, j'ai pensé que cette étude universitaire traitant des religions de l'empereur Julien, à travers ses pratiques, croyances et politiques, pourrait vous intéresser, si vous n'en avez pas déjà pris connaissance :

Martin Allisson, Les Religions de l'empereur Julien :
pratiques, croyances et politiques
,
Mémoire sous la direction de M. Jean-Jacques Aubert

Document PDF à télécharger (616 ko) : Clic !

 
 
 
26 Mars 2005
Sébastien a écrit :
 

Salve omnes,

Connaissez-vous le groupe de reconstitution historique « AUXILIA », ?

site auxilia

Ce groupe s’attache plus particulièrement à faire revivre la vie des soldats auxiliaires Gaulois de l’armée romaine du Ier siècle ap. JC à travers la cohors prima Aquitanorum (notamment !). Ainsi que les jeux et jouets antiques, la vie civile romaine en général !

Tous nos équipements sont réalisés d’après les recherches archéologiques et les récits des différents auteurs latins (Tacite, Végèce…), par exemple, notre bouclier est une fidèle reconstitution d’une pièce retrouvée à Doncaster en Angleterre…..

Ce groupe intervient dans toute la France, voir l’Europe, et recrute…….

Engagez-vous !

Vale

Quintus Julius Furius
Optio cohors I Aquitanorum
Lemoinesb@tiscali.fr
Seb. Lemoine

 
 
 
RÉPONSE :
 

Merci d'avoir songé à me communiquer cet "appel aux armes" que je ne manquerai pas répercuter auprès des visiteurs de mon site internet. J'espère que ceux-ci contribueront bien vite à former vos bataillons (mais sans pour autant abreuver de sang impur les sillons de votre beau pays).

 
 
 
28 Mars 2005
Fabio a écrit :
 
Je voudrais connaître tous les ateliers monétaires impériaux romains sous les Julio-claudiens.
Combien y en a-t-il ?
Quels sont-ils ?
Où trouver des infos supplémentaires ?
 
 
 
RÉPONSE :
 

Comme la numismatique et moi, cela fait deux, force m'est de vous renvoyer à ces autres sites :

  • Site cgb.fr - Généralités sur les ateliers monétaires - les ateliers de Gaule : Clic !
  • Site perso "les Collections de l'Histoire" - Les ateliers monétaires romains : Clic !
  • Et enfin le site américain www.romancoin.info qui fournit une liste des ateliers impériaux romains qui, à première vue de mes yeux profanes, me paraît assez exhaustive : Clic !
 
 
 
28 Mars 2005
Bidzina a écrit :
 
Peut-on considérer que l'idéologie de l'Empire romain a été basé sur le droit romain ?
 
 
 
RÉPONSE :
 

Je ne sais pas si je comprends bien votre question… S'agit-il de savoir si le droit romain constituait l'idéologie "officielle" de l'Empire ?

Dans ce cas, la réponse est négative. La seule idéologie clairement promue par les sphères dirigeantes de l'Empire romain c'était, tout bêtement, l'idéologie impériale romaine. Quant au droit romain, il lui fallut bien s'adapter aux nouvelles réalités politiques. Il dut tenir compte de la transformation progressive de l'État en une monarchie de plus en plus absolue, où l'empereur, d'abord soumis aux lois puisque premier magistrat de la République, devenait progressivement la principale source du droit. Après avoir été contraint de s'adapter à cette idéologie impériale qui faisait de l'Empereur le représentant des dieux sur terre (puis, plus tard, le vicaire temporel du Dieu des Chrétiens), le "judiciaire" se préoccupa ensuite de conforter le culte impérial qui constituait le seul véritable ciment qui unissait très nombreux et trop divers peuples de l'Empire.

Bien sûr, dire que l'idéologie de l'Empire romain, c'était idéologie impériale, cela ressemble furieusement à une lapalissade ! Pourtant, on pourrait écrire de gros et savants bouquins sur cette question sans l'épuiser, tellement elle recouvre de problèmes complexes.

Les persécutions anti-chrétiennes, par exemple.
N'auraient-elles pas été initiées parce que ces sectaires ne souscrivaient pas à cette fameuse idéologie impériale ? Refusant de célébrer le culte de l'empereur, qu'ils assimilaient à un culte idolâtre, les chrétiens paraissaient à la fois contester la légitimité du pouvoir du souverain et menacer l'unité de l'Empire.
Notez cependant qu'à mon avis, des chrétiens fanatiques,, membres de certaines sectes radicales, devaient aller bien au-delà de l'inoffensive objection de conscience et adoptaient des comportements répréhensibles qui n'amélioraient pas l'image de marque de leur communauté auprès des autorités romaines. Mais là n'est pas la question…
Ici encore, on remarque que le "droit" se mit - progressivement - au service de l'idéologie officielle, et une législation anti-chrétienne vit laborieusement le jour. Autrement dit, lorsqu'un empereur décidait de persécuter les chrétiens, les juristes se mobilisaient pour lui permettre d'exécuter son projet dans les formes légales. Le droit appuyait l'idéologie, il la secourait, il la renforçait, la confortait. Mais il ne la fondait pas.

 
 
 
31 Mars 2005
Violla a écrit :
 
Je voudrais des renseignement sur un certain Caius Velius Rufus, un militaire ayant accompli une carrière équestre semble-t-il.
 
 
 
RÉPONSE :
 

A première vue, ce Caius Velius Rufus ne paraît connu que par sa pierre tombale, retrouvée à Baalbek (Liban).

Voici, en gros, ce que dit cette stèle :

"Gaius Velius Rufus, fils de Salvius. Premier centurion de la légion XII Fulminata ; préfet des détachements de la légion IX […] la I Adiutrix, la II Adiutrix, la II Augusta, la VIII Augusta, la IX Hispana, la XIV Gemina, la XX Victrix, et la XXI Rapax. Tribun de la treizième cohorte urbaine, général de l'armée d'Afrique et de Mauritanie, envoyée pour soumettre le peuple qui habite en Mauritanie. Lors de la guerre des Juifs, il fut décoré par les empereurs Vespasien et Titus de la couronne d’assaut, de colliers, de cuirasses et de bracelets d’honneur ; de même, il fut décoré de la couronne murale, de deux lances de parade et de deux bannières de détachement. Dans la guerre des Marcomans, des Quades, et des Sarmates, pendant laquelle il accomplit une expédition contre le royaume du roi des Daces Décébale, il fut décoré de la couronne murale, de deux lances de parade et de deux bannières de détachement. Il fut procurateur de l'empereur Domitien dans les provinces de Pannonie et de Dalmatie. De même, il devint procurateur de la province de Rhétie, avec droit de vie et de mort. Il fut envoyé chez les Parthes et ramena à l'empereur les fils du roi Antiochos de Commagène, Vespasien Épiphane et Callinicus, ainsi qu'un grand nombre de prisonniers libérés contre rançon.
Marcus Alfius Olymipacus, fils de Marcus, de la tribu de Fabien, porte-enseigne, vétéran de la légion XIV Apollinaris a érigé ceci."
(D'après site : www.personal.kent.edu/~bkharvey - Voir aussi : cf.geocities.com/legioqc).

En résumé, notre Caius Velius le Roux ("Rufus") partit du bas de l'échelle et gravit bien des échelons de la carrière militaire (centurion, puis préfet dans plusieurs légions, général d'armée). Il se distingua lors de la guerre des Juifs (66-70 ap. J.-C.), sous le commandement de Vespasien puis de son fils Titus. Il se couvrit également de gloire à l'occasion des campagnes menées par l'empereur Domitien (81-96) contre les barbares des rives du Danube. En remerciement de ses bons et loyaux services, il obtint le gouvernement de plusieurs provinces balkaniques, précisément dans la zone qu'il venait de contribuer à "pacifier" : Pannonie (plus ou moins la Hongrie actuelle), la Dalmatie (plus ou moins la côte croate) et la Rhétie (Ouest de l'Autriche, Sud-Est de la Suisse et Nord de l'Italie). Enfin, il accomplit avec succès une mission diplomatique au pays des Parthes (Irak actuel) pour le compte de l'empereur Domitien. On peut croire qu'il mourut sur le chemin du retour, alors qu'il rentrait à Rome, puisque son tombeau fut érigé - par un de ses vieux compagnons d'armes sans doute - au LIban, dans la ville de Baalbek (sur cette ville, voir : Clic ! et Clic !).

C'est là tout ce que puis vous dire au sujet de ce vaillant défenseur de l'Empire romain que fut Caius Velius Rufus.

domitien