The sunset show on Thursday kicked off Saudi Arabia's first Red Sea Fashion Week

« Maldives quoi ? » : des fashionistas saoudiennes tentent de renommer leur plage

Le défilé au coucher du soleil de jeudi a donné le coup d'envoi de la première Fashion Week de la Mer Rouge en Arabie Saoudite – Copyright AFP Fayez Nureldine

Robbie COREY-BOULET et Rania SANJAR

La créatrice saoudienne Tima Abid a fait ses débuts à une époque où les défilés de mode étaient tabous et où le tourisme, hormis les pèlerinages religieux, était quasiment inexistant dans le royaume du Golfe.

Elle a donc été aussi surprise que quiconque de voir des mannequins drapés dans sa dernière collection couture glisser sur une promenade sur l'eau reliant des villas en bord de mer qui coûtent près de 2 000 $ la nuit.

Le défilé au coucher du soleil de jeudi a donné le coup d'envoi de la première Semaine de la mode de la Mer Rouge en Arabie Saoudite, présentée par les organisateurs comme une étape importante à la fois pour la mode saoudienne et pour un secteur touristique naissant dont la croissance est essentielle à la diversification de l'économie du plus grand exportateur mondial de pétrole brut.

La collection d'Abid, composée de deux douzaines de robes « resort wear », présentait des tissus fluides blancs et beiges et seulement le ventre visible occasionnellement.

Un deuxième défilé vendredi a été présenté comme le premier à se concentrer sur les maillots de bain pour femmes, une évolution qui repousse les limites dans un pays musulman conservateur qui, il y a moins de dix ans, exigeait que les femmes portent des robes abaya couvrant le corps.

« Vous pouvez dire que c'est de l'audace, mais je vois les choses d'une autre manière : suivre le rythme de la mondialisation », a déclaré Abid à l'AFP, entouré de mannequins et de producteurs de spectacles harcelés et portant des casques.

« Les frontières et les restrictions qui existaient auparavant ont été abolies, ce qui nous a donné l’occasion de montrer notre créativité d’une manière plus belle. »

La foule de jeudi comprenait des créateurs, des journalistes de mode et des célébrités saoudiennes comme Lojain Omran, surtout connue à l'étranger pour son interprétation de l'émission Netflix « Dubai Bling », très riche en argent.

La gamme de créations exposées démontre le sérieux de l'Arabie Saoudite dans sa volonté de rivaliser non seulement avec Dubaï mais aussi avec d'autres capitales de la mode, a déclaré Omran.

« Si vous voulez toucher un public mondial dans le domaine de la mode, vous devez toucher tous les types de personnes : les conservateurs et ceux qui sont à l'opposé », a-t-elle déclaré.

– 'Quelque chose de très nouveau' –

Le décor de la Red Sea Fashion Week, le St Regis Red Sea Resort, sur l'île d'Ummahat Alshaikh, au large de la côte ouest de l'Arabie saoudite, est accessible uniquement par bateau ou hydravion affrété.

Il fait partie de Red Sea Global, l'un des soi-disant giga-projets au cœur du programme de réforme sociale et économique Vision 2030 de l'Arabie saoudite, supervisé par le prince héritier Mohammed ben Salmane.

Alors que les doutes grandissent quant à la faisabilité du gigantesque projet le plus important – une mégapole futuriste connue sous le nom de NEOM – les responsables impliqués dans Red Sea Global soulignent qu'ils font des progrès, ouvrant deux complexes hôteliers l'année dernière et se préparant à lancer 14 hôtels supplémentaires d'ici le fin de l'année prochaine.

Depuis le lancement d'un visa de tourisme général en 2019, l'Arabie saoudite, autrefois fermée, a tenté de dissiper l'idée qu'il s'agissait d'un désert géant, mettant en valeur les montagnes du sud et obtenant les droits d'accueil des Jeux asiatiques d'hiver en 2029 dans une région de NEOM connue sous le nom de comme Trojena.

Les développements sur la plage sont considérés comme des attractions potentielles majeures, et la Red Sea Fashion Week visait en partie à mettre en valeur ce qui est déjà en place, a déclaré Burak Cakmak, directeur général de la Commission saoudienne de la mode.

« Évidemment, sur le plan logistique, nous essayons quelque chose de très nouveau. Nous sommes sur une île isolée et il faut une demi-heure de bateau pour y arriver… Il y a de nombreuses limitations pour pouvoir faire des spectacles ici », a-t-il déclaré.

« J'aimerais que tout le monde explore non seulement les créations saoudiennes, mais aussi l'Arabie saoudite en tant que destination. »

Lors des préparatifs du défilé d'Abid, le designer saoudien Alanoud Badr de Lady Fozaza a comparé favorablement le royaume à une île plus établie.

« C'est juste quelque chose auquel on ne s'attendrait jamais, et honnêtement, tout ce que je peux dire, c'est, les Maldives, quoi ? »

– Malheurs d’image –

L’Arabie saoudite poursuit ses investissements dans la mode et le tourisme, alors même que la guerre à Gaza pèse sur les perspectives de croissance économique de la région dans son ensemble.

Dans une récente interview accordée à l'AFP, le ministre saoudien du Tourisme, Ahmed Al Khateeb, a déclaré que les attaques contre les navires de la mer Rouge par les rebelles Houthis du Yémen – destinées à montrer leur solidarité avec les Palestiniens de Gaza – ne représentaient aucune menace pour les nouvelles stations balnéaires.

Outre les craintes en matière de sécurité, l'industrie touristique saoudienne doit surmonter les critiques constantes à l'égard du bilan du royaume en matière de droits de l'homme, notamment la répression de la dissidence sous le règne du prince Mohammed.

Ceux qui affluaient au St Regis ne prêtaient guère attention à ces questions.

Le mannequin Beatris Resende a déclaré qu'ayant grandi au Brésil, elle considérait souvent le Moyen-Orient comme un lieu unique qui n'était pas représenté de manière très flatteuse.

Ce n'est qu'en voyageant et en étant mannequin dans la région qu'elle a pu apprécier les différences entre les pays.

«Je vais être honnête. Je veux vraiment que les gens arrêtent de considérer les pays comme des stéréotypes et apprennent réellement à connaître les lieux », a-t-elle déclaré.

«C'est bien plus que ce que nous entendons.

Voir également

Shares in the group's holding company have been suspended after it failed to publish financial results

Inquiétudes pour le Coq Sportif français avant les JO de Paris

Les actions de la holding du groupe ont été suspendues après la non-publication de ses …