Carbon capture was a hot topic at the climate tech conference in the UAE capital Abu Dhabi

Les géants pétroliers du Golfe se tournent vers les start-ups dans une offre de capture de carbone

La capture du carbone était un sujet brûlant lors de la conférence sur les technologies climatiques dans la capitale des Émirats arabes unis, Abu Dhabi – Copyright Karim SAHIB

Hachem Osseiran

Confrontés à une pression croissante sur la pollution qui réchauffe la planète, les géants de l’énergie des pays arabes du Golfe se tournent vers d’humbles start-ups technologiques alors qu’ils recherchent des moyens d’éliminer les émissions tout en maintenant le pétrole en circulation.

Pendant des années, les producteurs de pétrole ont vanté la capture du carbone avant qu’il ne soit rejeté dans l’atmosphère comme une solution potentielle au réchauffement climatique, contre les critiques des experts du climat qui disent que cela risque de détourner l’attention de l’objectif urgent de réduire la pollution par les combustibles fossiles.

Avec peu d’investissements et peu de projets en cours dans le monde jusqu’à présent, la technologie est actuellement loin d’atteindre l’échelle nécessaire pour faire une différence dans les émissions mondiales.

Aujourd’hui, les principaux acteurs, de Saudi Aramco à l’ADNOC des Émirats arabes unis, disent que cela est sur le point de changer, alors que les Émirats arabes unis accueillent cette année des négociations sur le climat avec un message de réduction des émissions plutôt que des combustibles fossiles.

« Pour que l’industrie et les pays atteignent le zéro net d’ici 2050, je ne nous vois pas y parvenir sans adopter la capture du carbone », a déclaré à l’AFP Musabbeh Al Kaabi, directeur exécutif des solutions à faible émission de carbone d’ADNOC.

« J’aimerais voir plus d’énergie éolienne et solaire, mais pour être pratique et transparent, cela ne résoudra pas le problème. »

La capture du carbone était un sujet brûlant lors d’une récente conférence sur les technologies climatiques dans la capitale des Émirats arabes unis, Abu Dhabi, siège de l’ADNOC.

Les start-up ont montré leurs avancées dans le captage et le stockage du carbone (CSC) qui élimine le dioxyde de carbone lorsqu’il est pompé des centrales électriques et de l’industrie lourde.

Des entreprises ont également présenté leurs projets de capture directe de l’air (DAC), une technologie plus récente qui extrait le CO2 directement de l’atmosphère.

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) de l’ONU affirme que l’infrastructure existante des combustibles fossiles – sans l’utilisation de la capture du carbone – poussera le monde au-delà de la limite de réchauffement climatique plus sûre de l’accord de Paris de 1,5 degrés Celsius au-dessus des niveaux préindustriels.

– Cheminées industrielles –

Le débat entre l’opportunité de cibler principalement les combustibles fossiles ou les émissions est en train de devenir un champ de bataille clé lors des pourparlers sur le climat de la COP28, qui se tiendront dans le centre financier des EAU à Dubaï.

Citant le GIEC, le président désigné de la COP28, Sultan Al Jaber – PDG d’ADNOC et envoyé climatique de son pays – a déclaré la semaine dernière qu’il était temps de « prendre au sérieux la capture du carbone ».

Mais les écologistes sont sceptiques quant au rôle central que les grandes entreprises énergétiques recherchent dans les solutions climatiques, affirmant qu’elles ont tout intérêt à maintenir les ventes de combustibles fossiles.

Julien Jreissati, directeur de programme chez Greenpeace MENA, l’a qualifié de « distraction ».

Kaabi d’ADNOC, cependant, a fait valoir que les capacités d’ingénierie et les poches profondes du géant pétrolier les rendent les mieux placés pour propulser la technologie climatique.

« Le monde a deux options : nous pouvons laisser les petits acteurs s’en charger ou demander aux grands acteurs d’accélérer cette décarbonisation », a déclaré Kaabi.

En 2016, l’ADNOC a lancé le premier projet de CSC à l’échelle commerciale de la région, Al-Reyadah, qui a la capacité de capturer 800 000 tonnes de CO2 par an.

À l’échelle mondiale, il n’y a qu’environ 35 installations commerciales utilisant la capture, l’utilisation et le stockage du carbone dans le monde, selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), qui affirme que même celles prévues jusqu’en 2030 ne capteraient qu’une fraction des émissions nécessaires.

– ‘Nous devons aller plus vite’ –

Les entrepreneurs présents à la conférence des Émirats arabes unis comprenaient la société omanaise 44.01, lauréate du prix Earthshot du Royaume-Uni pour sa technologie qui élimine de manière permanente le dioxyde de carbone de l’air en le minéralisant dans la roche péridotite.

« Le changement climatique est un défi urgent et pour que nous puissions relever ce défi, nous devons agir plus rapidement », a déclaré le PDG Talal Hasan.

« Les partenariats pétroliers et gaziers nous aident à avancer rapidement », a-t-il déclaré à l’AFP.

Hasan’s 44.01 s’est associé à ADNOC pour développer un site de capture et de minéralisation du carbone à Fujairah, l’un des sept émirats des Émirats arabes unis – le premier projet de ce type par une société énergétique au Moyen-Orient.

« Dans une tonne de péridotite, vous pourriez probablement minéraliser 500 à 600 kilos de CO2… cela signifie qu’avec les roches juste dans cette région, vous pourriez potentiellement minéraliser des billions de tonnes », a déclaré Hasan.

Pour Hasan, les entreprises énergétiques sont de bons partenaires car « nous utilisons en grande partie les mêmes équipements, infrastructures, personnes et ressources ».

« Cela nous aidera à accélérer la mise à l’échelle », a-t-il déclaré, affirmant que la vitesse d’exécution est « très importante ».

L’entreprise publique Saudi Aramco, l’une des entreprises les plus riches du monde, a investi dans Carbon Clean, une entreprise basée au Royaume-Uni qui a développé une technologie compacte qui capte le carbone des cheminées industrielles.

L’entreprise, qui compte 49 sites dans le monde, déploiera cette année sa dernière technologie aux Émirats arabes unis – son premier projet au Moyen-Orient.

Interrogé sur la logique de travailler avec les grandes sociétés pétrolières, le PDG de Carbon Clean, Aniruddha Sharma, a déclaré: «Si j’étais pompier et qu’il y avait un incendie – un grand incendie et un petit incendie – où irais-je en premier?

« Évidemment, le grand incendie. »

Voir également

Shares in the group's holding company have been suspended after it failed to publish financial results

Inquiétudes pour le Coq Sportif français avant les JO de Paris

Les actions de la holding du groupe ont été suspendues après la non-publication de ses …