photo d'un marteau de juge

Cdiscount épinglé par la DDPP

Assurément, 2020 est une année bien sombre pour Cdiscount. Alors que l’un de ses cadres a été mis en examen pour des soupçons d’abus de confiance, le géant de l’e-commerce français a été sommé de s’acquitter d’une lourde amende s’élevant à plus de 900 000 €. Cette décision a été prise par la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) qui pointe du doigt le manque de transparence de l’entreprise envers les consommateurs.

Un service d’abonnement en cause

Malgré un chiffre d’affaires de plus de 2 milliards d’euros par an, Cdiscount a été maintes fois saisie par la justice française en raison de ses manquements envers les consommateurs. Déjà en 2015, la Commission Nationale de l’Informatique et Libertés l’avait mis en demeure en raison d’une politique de gestion de données jugée dangereuse. Aujourd’hui, la DDPP pointe du doigt une pratique pouvant léser les consommateurs tout en montrant une seconde fois une certaine opacité en matière de traitement de données.

Selon la DDPD, Cdiscount userait en effet de manœuvres frauduleuses pour tromper les internautes. Dans le but d’élargir sa clientèle, l’e-commerçant proposait un service de livraisons gratuites accessible par abonnement. Les souscripteurs devaient s’acquitter de 29 € pour recevoir gratuitement leurs colis et ils pouvaient demander un récapitulatif des commandes en cas de besoin.

Rien de répréhensible, nous diriez-vous ? Sauf que les habitués peuvent également accéder à cette offre gratuitement. Seulement, ce que Cdiscount a omis de préciser que ce service devient payant au terme d’une semaine de délai de rétractation. Si le principal concerné ne se manifeste au bout de cette durée, les frais d’abonnement lui seront facturés. En outre, il n’aura pas la possibilité de demander un récapitulatif des livraisons.

La DDPD aurait reçu plus de 920 000 plaines à ce sujet. Au terme d’une enquête minutieuse, les responsables ont décidé de sanctionner Cdiscount par une amende s’élevant à 986 432. Ce montant a été fixé après avoir tenu compte des demandes de récapitulatifs de commandes ignorés par l’entreprise.

Une longue bataille juridique en perspective

La réaction des dirigeants de Cdiscount ne s’est pas fait attendre suite à cette affaire. L’entreprise, par le biais d’un communiqué de presse, souligne sa volonté de contester cette décision. L’équipe juridique estime notamment que toutes les informations relatives à l’offre ont bien été transmises. En revanche, aucune déclaration en lien avec les récapitulatifs de commandes n’a été faite.

L’e-commerçant devrait donc déposer un recours. Dans le cadre de ce genre d’affaires, le jugement n’est rendu qu’au bout de 2 à 3 ans d’attente. Nous espérons donc vous transmettre le fin mot de l’histoire.