-> vox + emp
vox : courrier emp
-> emp - vox

Février 2002 (page 3/3)

Sommaire du mois de Février : Clic !

17 Février 2002

Léo a écrit :

Hello ! Je cherche des infos sur Poppée, femme number 2 de Néron, en aurais-tu ? ou connais-tu des sites qui en parlent ? Merci,

RÉPONSE :

Tout d'abord, mille excuses pour le (léger) retard apporté à répondre à ton mail : par acquit de conscience, j'ai d'abord vérifié si par hasard, la documentation "internautique" concernant Poppée ne se serait pas enrichie de l'un ou l'autre site francophone. Hélas, ce n'est pas le cas : à part un article sommaire de l'encyclopédie Yahoo (Clic !), je n'ai rien trouvé de bien neuf… Je crains donc bien que tu doives te contenter de ce que mes propres pages racontent au sujet de cette brave dame. Pour te faire gagner du temps, voici les adresses exactes de ces passages :

  • Néron rencontre Poppée : Clic !
  • Mort de Poppée : Clic !

Néanmoins, tu pourras peut-être trouver d'autres renseignements (mais surtout en Anglais) sur Poppée dans certaines pages mentionnées ici : Clic !

nav vox - emp

 

21 Février 2002

Pandora Isis a écrit :

Je suis une élève de cinquième secondaire. Je dois réaliser un travail écrit sur Agrippine la jeune.

J 'ai trouvé votre site très intéressant, mais pour pouvoir utiliser certains éléments que vous citez je dois connaître vos sources d'information (livres, etc...) et si ce n 'est pas trop indiscret votre formation ou métier.

Merci d'avance.

RÉPONSE :

Vous avez raison, mieux vaut utiliser avec prudence les infos d'Internet : il circule tant d'inepties sur la Toile. C'est pourquoi, mis à part quelques traductions d'auteurs antiques difficilement accessibles autrement, j'utilise moi-même très parcimonieusement les autres sites, leur préférant encore mes bons vieux bouquins !

Pour ces notices biographiques où la personnalité d'Agrippine la Jeune est évoquée (donc celles consacrées aux empereurs Claude et Néron), j'ai donc principalement utilisé les récits de Suétone et de Tacite, mais aussi d'autres ouvrages d'auteurs modernes (historiens et romanciers). Les titres et références de ces livres sont mentionnés ici : Clic !

Cela dit, n'étant pas un historien "professionnel", il ne faut pas confondre mes brèves notices avec des textes scientifiques de type universitaire. Ne mélangeons pas les genres ! Ici, il s'agit seulement de bonne "vulgarisation", destinée au public le plus large. Un travail qui, certes, vise à la pertinence historique (ne parlons pas "d'exactitude"), mais qui, mes compétences en matière de critique historique étant simplement celles d'un simple amateur, ne prétend pas se hisser au-delà d'une bonne érudition. C'est aussi pourquoi je ne fais pas figurer, au bas de chaque notice, les sources utilisées : je ne voudrais pas induire mes lecteurs en erreur en leur donnant à penser que mes textes sont "plus" que ce qu'ils ne sont réellement !

Il va cependant de soi que si vous souhaitez connaître l'origine historique d'un fait ou d'une anecdote particulière, je ne manquerai pas de tenter de vous renseigner… Du moins autant que je le pourrai, car je dois bien avouer qu'outre les textes de l'Antiquité, mes "biographies impériales" se basent parfois également sur des souvenirs disparates (et souvent imprécis) de lectures variées et anciennes, qu'il me serait certainement difficile de repérer précisément dans ma bibliothèque quelque peu dispersée.

agrippine

nav vox - emp

 

 
24 Février 2002
Michel a écrit :
 

 J'ai mis de nouvelles pièces sur le site "Archeobel" .

J'invite tout le monde à jeter un coup d'œil !

Merci d'avance.

  • Site Archeobel : Clic !
    • Section "Numismatique - Age du Fer" : Clic !
    • Section "Numismatique romaine" : Clic !
    • Section "Monnaies de Malaecia" : Clic !
 
 
site archeobel

nav vox - emp

 

25 Février 2002

Solio a écrit :  

Je cherche une documentation sur :

  • OCTAVE, moins 40 av JC
  • DENARIUS, moins 48 av JC

Sur ces deux personnages, je ne trouve rien.

Est ce normal ?

RÉPONSE :

Sauf erreur ou confusion de ma part, le premier des "personnages mystérieux" que vous évoquez est archi-connu : en effet cet Octave (en latin Octavius) n'est autre que l'empereur Auguste, qui se nommait ainsi avant son adoption par Jules César. On l'appelle d'ailleurs souvent "Octave Auguste" ou "Octavien Auguste". Le mot "Auguste" (en latin Augustus), dont nous avons un nom propre, n'était en fait qu'un surnom signifiant quelque chose comme "noble, honorable, respectable, sacré" (voir l'expression : "le geste auguste du semeur"), que le Sénat octroya à notre Octave, qui avait éliminé Antoine et Cléopâtre à la bataille d'Actium et s'était emparé du pouvoir suprême à Rome.

Quant à "Denarius", je ne pense pas que ce nom fût jamais porté par quelqu'un. À mon avis, votre "denarius de 48 av. J.-C.", c'est tout simplement un "denier", c'est-à-dire une pièce de monnaie en argent, valant dix "as", et frappé en 48 av. J.-C. (Voir, par exemple, ici - Clic ! - une reproduction d'un "denarius" - denier - frappé par Jules César en 49-48 av J.-C. ).

Solio réécrit :

Je vous remercie pour ces renseignements : étant novice dans ce domaine, comme on dit, je patauge…

Je possède une pièce romaine.
On me l'a identifiée comme : AS D'OCTAVE, moins 40 av. J.-C.

Le problème, AUGUSTE a régné de moins 27 av J.-C. à plus 14 ap. J.-C.
Y'a un gag quelque part…

Avez-vous une idée sur la question ?

RÉPONSE :

Non, non, il n'y a pas de gag, mais je me suis sans doute fait mal comprendre dans mon mail précédent !… Alors essayons de récapituler un peu, afin de ne plus "patauger", comme vous le dites si bien.

  • 63 av J.-C. : Naissance d'Octave (futur Auguste)
  • Début 44av. J.-C. : Jules César adopte Octave. Celui-ci prend donc le nom de son père adoptif. Il devient donc officiellement Caius Julius Caesar Octavianus, mais nous continuerons à l'appeler Octave.
  • 15 mars 44 av. J.-C. : Jules César est assassiné. Octave est son seul héritier légal.
  • Novembre 43 av. J.-C. : Octave s'associe à Antoine et à Lépide pour gouverner l'Empire romain et venger la mort de Jules César (2e "Triumvirat" = gouvernement de l'Empire par trois personnes)
  • 42 av. J.-C. : Bataille de Philippes (en Grèce). Les "Triumvirs" (c'est-à-dire Octave, Antoine et Lépide) y battent et y tuent les meurtriers de Jules César.
  • 40 av. J.-C. : Les Triumvirs se partagent l'Empire romain : Octave reçoit l'Occident, Antoine l'Orient et Lépide l'Afrique.
  • 38 av. J.-C. : Octave reçoit le titre d'Imperator, un mot dont nous avons tiré "empereur", mais qui ne signifiait encore à ce moment que "général victorieux".
  • 31 av. J.-C. : Après s'être débarrassé de Lépide, Octave liquide Antoine et sa belle Cléopâtre à la bataille d'Actium (Ouest de la Grèce). Il est dorénavant le seul maître de tout l'Empire romain.
  • 28 av. J.-C. : Octave reçoit le titre de "Princeps senatus", dont nous avons tiré le mot "prince", mais qui signifiait seulement qu'il était le plus éminent des membres du Sénat romain.
  • 27 av. J.-C. : Octave reçoit le titre d'Auguste (Augustus = noble, sacré, divin).
  • 14 ap. J.-C. : Mort d'Auguste
octave

Comme vous le voyez, si l'on a l'habitude de dire qu'Auguste régna à partir de 27 av. J.-C., s'est seulement parce que c'est à cette date qu'il reçut ce titre qui devint son nom usuel. En fait, à ce moment, il gouvernait déjà les provinces occidentales de l'Empire depuis au moins 13 ans, et la totalité de l'Empire depuis déjà quatre ans.

Il n'y a donc rien d'étonnant à retrouver des pièces d'Octave datées de 40 av. J.-C puisque, cette année-là, il gouvernait déjà l'Occident en tant que "Triumvir". Vous trouverez d'ailleurs de nombreuses représentations de monnaies de cet Octave qui n'était pas encore Auguste à l'adresse suivante : Clic !.

nav vox - emp

 

26 Février 2002

Éric a écrit :

Je recherche vainement depuis quelques semaines un site proposant la version, originale ou traduite, de l'itinéraire d'Antonin et ce pour une région française, la Basse-Normandie, cela me permettrait de renforcer une page de mon site "Histoire chronologique du Département de la Manche" (page litus)

RÉPONSE :

Je suis désolé, mais je n'ai pas eu plus de chance de vous : pas de trace de ce fichu itinéraire d'Antonin (Itinerarius antonini) sur Net !… Du moins en ce qui concerne les provinces gauloises, car les pages concernant la Bretagne romaine sont, quant elles, reproduites par quelques sites.

Au sujet de l'itinéraire d'Antonin, on peut néanmoins consulter avec intérêt :

  • Voie romaine en Tarentaise - Itinéraire : Clic !
  • LacusCurtius - Codrington's Roman Road in Britain : Clic !
  • Roman Britain - Itinerarium Antonini : Clic !

nav vox - emp

26 Février 2002

Morgane a écrit :

Salut ! Est-ce que tu pourrais me donner les noms des empereurs romains les plus célèbres.

Merci

RÉPONSE :

C'est toujours un peu délicat de dire qui est célèbre ou non. Ça dépend beaucoup de l'effet de mode. Par exemple, actuellement, Mario de "Star Academy" est certainement considéré comme un très "célèbre" chanteur français par un grand nombre de gens, mais, à mon avis, Trenet et Brassens ont davantage droit à la notoriété que lui. Il en va un peu de même avec les empereurs romains : Marc Aurèle et Commode ont connu un regain d'intérêt grâce au film Gladiator, mais bien d'autres empereurs eurent une destinée aussi tragique, une vie aussi mouvementée, que les deux protagonistes de l'œuvre de Ridley Scott. La célébrité, c'est réellement une notion souvent fort subjective et toujours contingente.

Cela pour te dire que c'est un exercice un peu bizarre que tu me demandes là… Mais enfin, je vais essayer. Voici donc une liste d'empereurs romains qui, à mon avis et à des titres divers, sont très célèbres. (Pour faciliter tes recherches, j'établis un lien vers la notice biographique que je leur ai consacrée et j'indique les dates de leur règne) :

  • Auguste (27 av. J.-C. - 14 ap. J.-C.) : le premier vrai "empereur romain"
  • Caligula (37-41) : le premier "empereur fou".
  • Néron (54-68) : qui brûla Rome et jeta les Chrétiens aux lions.
  • Trajan (98-118) : l'Empire romain à son apogée.
  • Hadrien (117-138) : célèbre grâce aux "Mémoires d'Hadrien", un roman de Marguerite Yourcenar.
  • Marc Aurèle (161-180),
  • et son fils Commode (180-192), grâce au film Gladiator.
  • Caracalla (211-217) : célèbre par sa cruauté et son nom "craquant".
  • Élagabal (on dit aussi Héliogabale) (218-222), surtout célèbre par ses mœurs dissolues.
  • Dioclétien (284-305) : fondateur du "Bas-Empire romain".
  • Constantin le Grand (306-337) : le premier empereur chrétien.
  • Julien l'Apostat (361-363), qui tenta de restaurer le paganisme.
  • Théodose le Grand (378-395) : qui imposa le christianisme comme religion d'état.
  • Romulus Augustule (475-476) : le dernier empereur romain d'Occident. emp80.htm

À cette liste, on pourrait aussi ajouter Jules César, même si, généralement, on ne le considère pas comme réellement un vrai "empereur romain". (Pour savoir pourquoi il est cependant repris comme tel dans mon site, Clic !, Clic ! et Clic !)

Cela dit, il existe encore un autre moyen d'établir une liste d'empereurs romains célèbres, plus "objective" celle-là ! Il sufit de consulter les statistiques de mon site et de reprendre les notices d'empereurs qui ont attiré le plus d'internautes.

Voici ce "Hit-parade des empereurs romains" (classement au 31 janvier 2002) :

1. Jules César (46-44 av. J.-C.)

2. Commode (180-192)

3. Néron (54-68)

4. Auguste (27 av. J.-C. - 14 ap. J.-C.)

5. Caligula (37-41)

6. Marc Aurèle

7. Hadrien (161-180)

8. Tibère (14-37)

9. Titus (79-81)

Comme tu le vois ce classement "officiel" confirme à peu la liste prédédente, simplement établie "au pifomètre".

caesar

nav vox - emp

 

27 Février 2002

François a écrit :

Je recherche des renseignements quant aux motivations qui ont poussé Hadrien à construire son mur en Grande-Bretagne.

RÉPONSE :

"Après avoir réformé l'armée comme il convenait à un souverain, Hadrien se rendit en Bretagne où il corrigea beaucoup d'abus et, pour la première fois, construisit un mur destiné à séparer les Romains des Barbares sur une longueur de quatre-vingt mille pas (= 118 kilomètres)" . Voilà ce qu'écrit à la fin du IVe siècle l'auteur anonyme de l'Histoire Auguste (recueil de biographies impériales), au sujet du fameux "Mur d'Hadrien", cette ligne fortifiée construite aussi bien entre le Solway Firth et l'embouchure de la Tyne qu'entre les années 122 et 127 ap. J.-C.

mur hadrien

C'est un peu court… Mais, en l'occurrence (et une fois n'est pas coutume), l'auteur de l'Histoire Auguste ne raconte pas des couillonnades : le Mur d'Hadrien était davantage destiné à séparer pays barbare et provinces romanisées qu'à empêcher radicalement lesdites peuplades barbares de s'en aller gaiement ravager la Bretagne romaine. En effet, depuis la grande muraille de Chine jusqu'à la ligne Maginot, aucun ouvrage défensif n'empêcha jamais les incursions d'ennemis résolus, et Hadrien, empereur lucide et pragmatique, était certainement conscient des limites d'une stratégie purement défensive. Cependant, l'empereur avait tiré les conséquences du règne de son prédécesseur Trajan, dont les conquêtes en Orient, certes ambitieuses, mais dangereusement décentrées, avaient dû être abandonnées. Il en allait de même en Bretagne : toutes les tentatives pour soumettre la totalité de l'île avaient buté devant la résistance farouche des habitants du Nord du pays, ces contrées difficilement accessibles, montagneuses et froides, qui ne semblaient pas indispensables à la grandeur de Rome.

Dans les années 118-119 ap. J.-C., un nouveau soulèvement des tribus calédoniennes acheva de convaincre Hadrien qu'il était inutile de continuer de se prendre la tête et de se casser les dents à conquérir la future Écosse. D'autant plus que l'empereur recherchait moins la gloire de nouvelles conquêtes que la consolidation des anciennes, moins l'expansion territoriale que stabilisation de son Empire. Or, pour réaliser cet objectif, il lui semblait indispensable de protéger les populations "en voie de romanisation" des influences "barbares", donc d'enfermer le territoire romain derrière un mur fortifié qui limiterait (voire supprimerait) les contacts entre barbares et romains. C'est ainsi qu'en Germanie, il fit restaurer et consolidé le "limes" entre Rhin et Danube, et qu'en Bretagne, il fit construire le "Mur" qui porte son nom.

En résumé, et pour répondre précisément à votre question, à ce qu'il me semble, Hadrien construisit son mur breton pour les raisons suivantes :

1. Appliquer à la Bretagne sa politique de stabilisation de l'Empire et consolidation des conquêtes ;

2. Empêcher les contacts entre les Bretons soumis à l'autorité de Rome et ceux qui lui demeuraient insoumis ;

3. Établir clairement la ligne de démarcation entre territoires "romanisés" et "barbares" ;

4. Grâce à cet ouvrage monumental et puissant, impressionner les autochtones : susciter la crainte chez les ennemis tout en proclamant la grandeur de Rome aux limites septentrionales de son Empire ;

5. Et naturellement (mais accessoirement), ralentir, sinon empêcher, les incursions ennemies.

Pour terminer sur une note plus littéraire (mais bon moins pertinente), voici comment, dans les célèbres "Mémoires d'Hadrien" de Marguerite Yourcenar, l'empereur lui-même justifie et exalte la construction de sa "Grande Muraille de Bretagne" :

"Trois mois à peine avant mon arrivée, la Sixième Légion Victorieuse avait été transférée en territoire britannique. Elle y remplaçait la malheureuse Neuvième Légion taillée en pièces par les Calédoniens pendant les troubles qui avaient été en Bretagne le hideux contrecoup de notre expédition chez les Parthes. Deux mesures s'imposaient pour empêcher le retour d'un pareil désastre. Nos troupes furent renforcées par la création d'un corps auxiliaire indigène (…). En même temps, l'érection d'un mur coupant l'île en deux dans sa partie la plus étroite servit à protéger les régions fertiles et policées du sud contre les attaques des tribus du nord. J'ai inspecté moi-même une bonne partie de ces travaux engagés partout à la fois sur un glacis de quatre-vingts lieues : j'y trouvais l'occasion d'essayer, sur cet espace bien délimité qui va d'une côte à l'autre, un système de défense qui pourrait ensuite s'appliquer partout ailleurs. Mais déjà cet ouvrage purement militaire favorisait la paix, développait la prospérité de cette partie de la Bretagne ; des villages se créaient ; un mouvement d'afflux se produisait vers nos frontières. Les terrassiers de la légion étaient secondés dans leur tâche par des équipes indigènes ; l'érection du mur était pour beaucoup de ces montagnards, hier encore insoumis, la première preuve irréfutable du pouvoir protecteur de Rome ; l'argent de la solde la première monnaie romaine qui leur passait par les mains. Ce rempart devint l'emblème de mon renoncement à la politique de conquête : au pied du bastion le plus avancé, je fis ériger un temple au dieu Terme." (Marguerite Yourcenar, Mémoires d'Hadrien, Éd. Gallimard, coll. Folio, 1974)

… Il s'agit donc bien, grosso modo, des raisons que j'ai exposées ci-dessus.

Pour info, je me permets encore de mentionner ci-dessous quelques liens concernant le Mur d'Hadrien. Peut-être (on ne sait jamais) vous seront-ils utiles :

  • noyon.com - le Mur d'Hadrien : Clic !
  • Unesco.org : Le Mur d'Hadrien : Clic !
  • Yahoo Encyclopédie - Mur d'Hadrien : Clic !
  • Hadrian's Wall - World Heritage Site : Clic !
  • jeromethomas.free.fr - L'Héritage romain en Écosse : Clic !

nav vox - emp