"Abrégé" des Empereurs romains
et de leur civilisation
par Jean-Michel Marcet

(page 2/2)

 

 

Page précédente :

Sur cette page :

 

L'ANARCHIE DU IIIe SIÈCLE

À la mort du dernier des Sévères (Alexandre Sévère en 235) s'ouvre une période d'anarchie qui durera jusqu'à la fin du IIIe siècle.

Se succèdent alors des empereurs militaires qui ne doivent le pouvoir qu'à un coup d'état. Bien peu d'entre eux auront la chance de mourir dans leur lit ; pour la plupart, ils finiront assassinés.

Battu aux frontières par des vagues barbares, miné à l'intérieur par une immense population étrangère non assimilée, assailli par les épidémies, l'Empire va crouler. Une crise économique et sociale sans équivalent s'installe. L'Empire perd un tiers de sa population. Les campagnes se vident, les villes s'appauvrissent et l'entretien des routes est négligé. L'Empire se morcèle : les Gaules et l'Orient font sécession en désignant leurs propres empereurs, non reconnus par Rome. Des guerres civiles s'ensuivent. Les Goths assiègent Athènes, les Alamans déferlent sur la Gaule.

La monnaie, elle, s'effondre. L'inflation fait de tels ravages que l'argent disparaît du monnayage tandis que la quantité de pièces frappées va toujours en s'accroissant. Le sesterce et le denier ne sont plus émis ; reste l'antoninien qui contient de moins en moins d'argent (50 % en 235, 2 % en 274). Les impôts rentrent très mal et le métal précieux manque.

C'est la fin des grandes dynasties romaines. La grande Rome, la Rome de la Pax Romana n'est plus. Jusqu'à Constantin, aucune famille ne dominera plus au point de fonder une dynastie. Désormais, les empereurs accèdent au pouvoir avec le seul soutien d'une armée puissante et capricieuse ; le Sénat perd tout pouvoir.

Cette crise sans précédent causera presque la perte de l'empire. Il faudra attendre la fin du IIIe siècle pour retrouver une certaine stabilité.

L'anarchie militaire

 

Maximin le Thrace (235/238) élimine le dernier des Sévères en 235.

Acromégale, brute sanguinaire. Il règne trois ans sans jamais venir à Rome ; il reste sur les frontières.

Son épouse Pauline lui donne un fils : Maximus César.

Des révoltes éclatent en 238. Il est assassiné ainsi que son fils.

 

La révolution de 238 :

La révolte éclate en Afrique.

Afin d'éliminer Maximin, les empereurs Gordien Ier d'Afrique, Gordien II, Balbin, Pupien, et, finalement Gordien III, se succèdent sur le trône impérial.

 

Gordien III (238 - 244) succède à Balbin et Pupien, assassinés par les derniers partisans de Maximin. Empereur à 13 ans, marié à 16 ans à Tranquilina, tué à 19 ans. C'est le préfet du Prétoire Philippe l'Arabe qui l'assassine en 244.

 

Philippe l'Arabe (244 - 249) s'adjoint son fils Philippe II comme César et confère le titre d'Augusta à son épouse Otacilia Severa.

En 247, il célèbre avec faste le millénaire de Rome.

Suite à des troubles sur le Danube, il envoie Dèce rétablir l'ordre, mais l'armée proclame celui-ci empereur. Philippe meurt avec son fils en 249, en combattant les troupes de Dèce.

 

Trajan Dèce (249 - 251). Succédant à Philippe, il nomme co-empereurs ses deux fils, Herennius et Hostilien. Sa femme s'appelle Etruscille.

La peste fait rage, les Goths déferlent. Dèce trouve la mort avec son fils Herennius en tentant des les repousser (251).

 emp 32
 
Trébonien Galle (Trebonianus Gallus) (251 - 253). Nommé par le Sénat à la mort de Dèce, c'est un faible. Il nomme son fils Volusien co-empereur (César) avec Hostilien, le fils de Dèce, mais la peste fait des ravages et emporte ce dernier. Les invasions se multiplient. Le général Émilien se fait acclamer empereur par ses soldats. Trébonien appelle à son secours Valérien, un autre général, qui tente de le rejoindre. Les soldats tuent Trébonien et son fils Volusien avant l'arrivée de Valérien.
 

Émilien (253). C'est à peine s'il a le temps de s'asseoir sur le trône : Valérien arrive au secours de feu Trébonien, Émilien est massacré par ses propres soldats.
 

Valérien (253 - 260) : Marié à Mariniana, il associe son fils Gallien au trône.

Peste, crise monétaire et invasions se succèdent, la Gaule est ravagée.

À l'Est, les Perses du roi Sapor attaquent et prennent Antioche. Valérien est battu et fait prisonnier. Sapor s'en servira de marchepied, puis, après sa mort, le fera naturaliser.

 

Gallien (253 - 268) : Fils de Valérien, épouse Salonine et a deux fils, Valérien le Jeune et Salonin.

L'empire éclate. Les Gaules, l'Orient font sécession avec leurs propres empereurs-usurpateurs (Postumus, Zénobie, etc.).

Gallien est assassiné en 268.

 emp 36
 
 

LES EMPEREURS ILLYRIENS

Claude II le Gothique (268 - 270) :

Il participe au complot qui aboutit à l'assassinat de Gallien, puis élimine Auréolus, autre général prétendant au trône et devient empereur.

Il remporte une victoire contre les Goths (d'où son titre). Mais les vaincus propagent la peste et Claude II en meurt en 270

 

Quintille (270) :

À la mort de Claude II, son frère Quintille est proclamé empereur par le Sénat, mais au même moment, l'armée acclame le général Aurélien.

Abandonné par ses troupes, Quintille se suicide, après deux mois de règne.

 

Aurélien (270 - 275) :

Resté seul empereur après le suicide de Quintille, il reprend l'Empire en main :

  • Il abandonne la Dacie, conquise par Trajan 170 ans plus tôt.
  • Il attaque le royaume séparatiste de Palmyre, s'empare de Palmyre et fait prisonnier la reine Zénobie et son fils Vaballath.
  • Il entreprend avec succès la reconquête de l'Empire séparatiste des Gaules et remporte la victoire contre Tetricus.
  • Il triomphe à Rome et accorde la vie sauve à ses prisonniers. Il a réussi à réunifier l'empire et reçoit le titre de "Restaurateur du monde romain".
  • Il entoure Rome de remparts : "le Mur d'Aurélien".
  • Il entreprend une importante réforme monétaire en créant une nouvelle pièce, l'aurelianus, valant 2 antoniniens soit 4 deniers

C'est un adepte du culte solaire (Sol Invictus). Il est marié à Séverine.

Il est assassiné en 275.

 

Tacite (275 - 276) :

Désigné par le Sénat et l'armée, il ne règne que 7 mois avant d'être assassiné.

 emp 40
 

Probus (276 - 282) : Proclamé empereur à la mort de Tacite.

Comme Aurélien, c'est un grand général, il réussit à maintenir l'unité de l'Empire. Il remporte de nombreuses victoires et restaure la paix en Gaule (en repoussant les envahisseurs germaniques), en Thrace et en Afrique.

Ayant triomphé de tous ses adversaires, il rentre à Rome en 281 et célèbre ses victoires, mais il est assassiné par ses propres soldats en 282.

 

Carus (282 - 283) : Succède à Probus. Il élève ses deux fils, Numérien et Carin, au rang d'Auguste. Il meurt après 10 mois de règne.

Ses deux fils se partagent le pouvoir, Numérien (283 - 284) et Carin (283 - 285).

Numérien est assassiné par son Préfet du Prétoire, et l'armée proclame empereur un autre général : Dioclétien. C'est la guerre civile entre Carin et Dioclétien, Carin remporte la victoire mais est assassiné, laissant Dioclétien seul maître de l'empire romain.

Dioclétien va créer un nouveau système politique : la Dyarchie, où deux empereurs se partagent le pouvoir politique et militaire. Cette Dyarchie se transformera bien vite en une Tétrarchie.

 emp 43
 
 

LA TÉTRARCHIE

Dioclétien, devenu empereur en 285, va créer un nouveau système politique : la Tétrarchie.

Il s'associe à Maximien Hercule comme Auguste. Maximien Hercule gouverne l'Occident et Dioclétien garde l'Orient. En 293, les deux Augustes s'adjoignent deux Césars : c'est la Tétrarchie.

Occident
Orient

Augustes

Maximien Hercule
Dioclétien

Césars

Constance Chlore
Galère

La Tétrarchie durera 20 ans (jusqu'en 313) ; peu à peu, elle sombrera dans les luttes intestines.

La Tétrarchie va réorganiser l'Empire. Celui-ci est divisé en douze territoires appelés "Diocèses". L'armée est restructurée, les routes et les temples sont restaurés.

Un nouveau système monétaire est mis en place, basé sur le Follis ou Nummus.

Dioclétien persécute les Chrétiens.

emp 47 
 

En 305, Dioclétien et Maximien Hercule abdiquent.

Constance Chlore et Galère deviennent à leur tour Augustes, avec comme Césars : Sévère et Maximin II Daïa.

 

Occident
Orient

Augustes

Constance Chlore
Galère

Césars

Sévère
Maximin II Daïa

Deux prétendants sont évincés : Constantin (fils de Constance Chlore et d'Hélène) ainsi que Maxence (fils de Maximien Hercule).

 constance chl
 

En 306, Constance Chlore décède. Une guerre de succession s'ensuit. Sévère est promu Auguste par Galère. Maxence est proclamé Auguste par les prétoriens de Rome. Constantin est proclamé César puis Auguste par l'armée de Bretagne.

Constantin épouse Fausta, la fille de Maximien Hercule, qui à son tour se proclame à nouveau Auguste en 307…

Sévère est éliminé par Maxence.

Fin 307 :

Occident
Orient

Augustes

Constantin

Maxence

Maximien Hercule

Galère

Césars

Maximin II Daïa

 emp 50
 

Deux nouveaux sont promus Augustes : Maximin II Daïa et Licinius. Constantin élimine Maximin Hercule.

En 310 :

Occident
Orient

Augustes

Constantin

Licinius

Galère

Maximin II Daïa

 emp 53
 

 En 311, Galère meurt. Licinius et Constantin s'associent et s'appuient sur les chrétiens.

En 312, Constantin élimine Maxence.

En 313, Licinius élimine Maximin II Daïa.

Fin 313, il reste :.

Occident
Orient

Augustes

Constantin
Licinius

En 324, Constantin élimine Licinius et reste seul maître de l'Empire.

 emp 57
 
 

LA DYNASTIE CONSTANTINIENNE

Constantin Ier le Grand (306 - 337) : Fils d'un des empereurs de la Tétrarchie (Constance Chlore) et d'Hélène (future sainte Hélène). À la mort de son père, il est proclamé César puis Auguste par l'armée.

Il s'associe à Licinius et s'appuie sur les Chrétiens. Il élimine successivement tous ses rivaux, et, en 313, devient empereur d'Occident tandis que Licinius s'approprie l'Orient. En 324, Constantin se débarrasse de Licinius et reste le seul maître de l'Empire romain.

Il épouse Fausta, la fille de Maximien Hercule. Il associe très tôt ses fils au pouvoir comme Césars : Crispus (fils d'un premier mariage), Constantin II, Constant et Constance II.

L'Empire prend la forme d'une monarchie absolue de droit divin, avec une cour fastueuse ; le Sénat perd tout pouvoir ; la société est hiérarchisée.

Constantin favorise les chrétiens, leur accordant des privilèges (Édit de Milan, en 313).

En 318, il entreprend une réforme monétaire en créant le Solidus pour remplacer l'Aureus.

En 330, il fonde une deuxième capitale pour l'Empire, destinée à rivaliser avec Rome : Constantinople.

Suite à l'adultère supposé de sa femme Fausta et de Crispus, Constantin fait tuer son fils Crispus et fait ébouillanter son épouse… Ce doux personnage meurt en 337, non sans s'être fait baptiser sur son lit de mort. Il sera canonisé par l'Église.

À la mort de Constantin, l'Empire est partagé entre ses trois fils : Constantin II, Constant et Constance II.

 emp 55
 

L'Empire est maintenant chrétien, mais les hérésies pullulent. Deux courants principaux s'affrontent et se massacrent : les "Orthodoxes" et les "Ariens", mais tous persécutent les non chrétiens

Les trois fils de Constantin vont bien vite s'opposer les uns aux autres. Constantin II (337 -340) sera tué par son frère Constant.

Constant I (337 - 350) règne sur l'Occident avant d'être tué par un usurpateur qui se proclame empereur : Magnence (350 - 353).

Constance II (337 - 360) règne sur l'Orient, puis, après avoir éliminé Magnence, sur l'ensemble de l'Empire. Il favorise les hérétiques ariens contre les chrétiens orthodoxes et persécute les "païens".

À sa mort en 360, c'est un neveu de Constantin qui est proclamé empereur : Julien.

 

Julien II dit "l'Apostat" (ou "le Philosophe") (360 - 363) : Neveu de Constantin, érudit, le jeune Julien étudie la philosophie à Athènes et à Constantinople. Il abandonne la religion chrétienne pour le paganisme et écrit plusieurs ouvrages à la gloire des anciens dieux.

Reconnu empereur à la mort de Constance II, il promulgue en 361 un édit de tolérance universelle concernant toutes les religions, s'attirant ainsi la haine des chrétiens qui multiplient les provocations.

Il est assassiné en 363 (par les chrétiens ?).

 

Jovien (363 - 364) : Chrétien commandant la garde impériale, il succède à Julien.

Il annule les mesures religieuses de Julien, signe un traité humiliant avec les Perses, et meurt au bout de 8 mois d'un règne désastreux. Un autre officier de la garde impériale lui succède : Valentinien Ier.

U

Julien

 
 

LES DYNASTIES
VALENTINIENNE ET THÉODOSIENNE

Valentinien Ier (364 - 375) s'associe successivement à son frère Valens (364 - 378) qu'il nomme empereur pour l'Orient puis à son fils Gratien (367 - 383), nommé co-empereur en Occident.

Militaire, Valentinien Ier défend les frontières de l'Empire. Il meurt en 375. Quant à son frère Valens, il est tué par les Goths en 378.

 

À la mort de Valentinien Ier, l'armée proclame empereur son fils Valentinien II (375 - 392), celui-ci, encore enfant (il a 4 ans !), devant régner conjointement avec son frère Gratien.

Gratien est tué par un usurpateur, Maxime, qui tente ensuite de détrôner Valentinien II, mais celui-ci se met sous la protection de Théodose, qui a succédé à Valens en 378.

 emp 63
 

Théodose le Grand (378 - 395), règne sur l'Orient depuis la mort de Valens. Il aide Valentinien II en éliminant l'usurpateur Maxime.

Cruel et sanguinaire, Théodose soutient avec fanatisme la cause des Chrétiens orthodoxes. En 15 ans de règne, il promulgue 15 édits de persécution. En 390 un édit interdit le culte des dieux dans tout l'Empire. C'est l'occasion d'un gigantesque pogrom anti-païen. Tous les symboles de l'ancienne religion (les temples, les statues) sont détruits. Les sénateurs doivent jurer fidélité au Christ, de nombreux païens sont massacrés. C'en est fini du paganisme.

Les thermes sont interdits aux femmes.

Il meurt en 395 après avoir partagé l'Empire entre ses deux fils : Honorius (11ans) règnera en Occident et son frère Arcadius (13ans) en Orient. C'en est définitivement fini de l'unité de l'Empire romain.

 emp 68
 

Honorius (395 - 423) abandonne Rome pour installer sa cour à Ravenne.

Les Barbares déferlent. En sont d'abord les Ostrogoths et les Wisigoths. Puis, durant l'hiver 407, des dizaines de milliers d'autres guerriers barbares (Vandales, Suèves, Burgondes, Alains) traversent en masse le Rhin, pris par les glaces, pour se ruer sur l'Empire, y semant désolation et ruines.

Alaric et ses Wisigoths assiègent Rome en 410. Ils prennent la Ville et la pillent pendant trois jours.

 

Les empereurs qui succèdent à Honorius règnent sur un Empire qui se rétrécit au fil des années et des invasions successives. Les Barbares s'installent définitivement en Gaule et en Espagne. Ensuite, les Huns d'Attila ravagent une bonne partie de l'Occident. Un général Romain, Aetius les affronte et parvient encore à les repousser à la bataille des Champs Catalauniques (451). C'est le chant du cygne d'un Empire romain moribond.

En 455, les Vandales mettent à nouveau Rome à sac, ne laissant que des ruines.

De pseudos "empereurs" se succèdent encore, mais ne règnent plus sur rien… En 476, le dernier d'entre eux, Romulus Augustule, un enfant, est déposé par le chef barbare Odoacre qui se proclame roi d'Italie.

L'Empire romain n'existe plus. La civilisation romaine, qui a duré 1000 ans, s'enfonce dans la nuit barbare et chrétienne…

 romulus augustule
 
 

LA FIN DE LA CIVILISATION ROMAINE 

La civilisation romaine :

Il s'agit d'un modèle de société, d'un mode de vie basé sur le luxe et les loisirs. C'est un art de vivre reproductible : les villes se ressemblent, avec forum, cirque, arènes, théâtre et surtout, les thermes (plus de mille à Rome, certains pouvant accueillir 3000 personnes). Ceux-ci affirment la toute puissance de l'Empire, qui domine même la nature et les eaux, et apporte à tous, et en tous lieux, le bien-être et les plaisirs. Chaque jour et à la même heure tous les peuples de l'Empire font la même chose, c'est un facteur d'unité.

Cette société s'appuie sur :

  • Une armée puissante et conquérante qui garantit la paix intérieure de l'Empire et permet des conquêtes qui apportent de nouvelles richesses.
  • Un pouvoir et une religion stables.
  • Une puissance intellectuelle et artistique.
  • Un commerce extrêmement actif et libéral (quasiment capitaliste). Les voies terrestres et maritimes, très développées, qui permettent le transport et donc l'échange des richesses produites dans toutes les provinces, même si celles-ci sont très éloignées les unes des autres.

Cette société durera un millénaire. Les sociétés sont fragiles, elles s'éteignent quand leurs membres ne croient plus en elles, en leurs principes, en leur religion, en leur légitimité, donc en leur avenir.

Les causes de la chute :

Elles sont multiples :

  • Des épidémies de peste qui déciment la population à partir du IIIe siècle.
  • La trop grande extension de l'Empire, plus difficile à défendre.
  • Des empereurs de moins en moins compétents au fil des années.
  • Une instabilité politique : les empereurs sont faits et défaits suivant le seul caprice de l'armée, qui ne tient compte ni du Sénat, ni du Peuple… ni l'intérêt général.
  • Le cosmopolitisme, surtout depuis les réformes de Caracalla, qui octroient la citoyenneté à tous les habitants de l'Empire, intégrant ainsi de force des populations difficilement assimilables (qui n'étaient que peu séduites par la civilisation gréco-romaine).
  • L'armée, de moins en moins motivée, et qui intègre dans ses rangs des contingents barbares de plus en plus nombreux, et de moins en moins "romanisés".
  • Une crise économique importante, qui s'amplifie au fil des années tandis que diminue le commerce qui assure la richesse.
  • Ces Chrétiens qui haïssent Rome (la Bête aux Sept cornes, la Grande Pute), et qui ressemblent davantage à des intégristes sectaires et fanatiques qu'à de doux agneaux aimant leurs prochains. Les Chrétiens vont peu à peu infiltrer toutes les couches de la société, jusqu'aux élites politiques, puis prendre le pouvoir. Ils interdiront alors tous les autres cultes, puis détruiront tous les symboles, civils et religieux, de cette société païenne qu'ils abominent (thermes, théâtres, amphithéâtres, temples, statues), abattant ainsi les fondements mêmes de la société.
  • Enfin les Barbares, que l'Empire n'a plus les moyens de contenir, qui déferlent à partir du IVe siècle et qui donneront le coup de grâce à cette société agonisante.
 
 
 
Note du Webmaster :

Les tableaux (généalogiques ou récapitulatifs) de M. Marcet peuvent être téléchargés (Document Word) en cliquant sur les liens suivants :

  • Les Julio-claudiens (Document Word - 40 Ko) : Clic !
  • Les Flaviens (Document Word - 20 Ko) : Clic !
  • Les Antonins (Document Word - 28 Ko) : Clic !
  • Les Sévères (Document Word - 24 Ko) : Clic !
  • L'Anarchie militaire (Document Word - 32 Ko) : Clic !
  • Les empereurs illyriens (Document Word - 84 Ko) : Clic !
  • La Tétrarchie (Document Word - 32 Ko) : Clic !
  • Dynastie constantinienne (Document Word - 24 Ko) : Clic !
RECHERCHE DANS LE SITE
"EMPEREURS ROMAINS"
Google Custom Search